------------------------------------------------------------

Ressources touristiques anthropiques

Le monistère St. Andrei – se compose de trois églises, dont le plus ancien a été construit autour l’année 1920, étant le plus précieux, car le monastère abrite les reliques de l’Apôtre Sain Andrei. Il y a aussi une très vieille croix en forme de X, située en face de l’autel, et un doigt qui este estimé d’appartenir à Sain Andrei et qui a été récemment amené de la Grèce.

La Grotte de l’Apôtre Sain Andrei – c’est le premier lieu visité par les pèlerins arrivés dans la région du monastère Sain Andrei. En effet, le monastère est une église creusée dans la roche, située à la base d’une petite montagne en bois. Sur les murs de l’église de la grotte il y a des icônes qui peuvent être admirées à la lumière des cierges. Au lieu de l’autel il y a maintenant une grande icône de l’Apôtre Sain Andrei, vénérée par les religieux qui viennent à la grotte. L’Architecture de la grotte ressemble à l’architecture d’une église avec nef et l’autel. À gauche, on peut voir le lit sculpté dans la pierre, sur laquelle reposait Sain Andrei au moment où il prêchait la parole de l’Évangile du Sauveur à Dobrogea.

La source de l’eau de l’Apôtre Sain Andrei – est située à proximité du monastère et de la grotte avec le même nom. La tradition dit que, au moment où Sain Andrei est venu ici, il n’y avait pas de l’eau dans la région. Ensuite, il a frappé avec sa baguette dans le rocher jaillissait, source de l’eau qui coule jusqu’aujourd’hui, sans se tarir jamais.

Le monastère Sain Filip de Adamclisi – a été fondé en 2005, étant situé à 1 kilomètre distance de la forteresse Tropaeum Traiani, lieu où les reliques de cinq saints ont été découvertes, saints qui ont vécu au quatrième siècle. Les martyrs de Adamclisi font la preuve d’une intense vie chrétienne dans l’ancienne province de Scythia Minor.

Monastère Dervent  – le monastère a été construit au début du XX-ième siècle, l’actuelle fondation de l’église étant posée le 5 juillet 1936. Les débuts de l’ermitage Dervent sont perdus dans le temps. L’emplacement correspond au plus ancien lieu monastique en Roumane, entre Tomis et Durostorum. Les premières informations historiques fiables à propos de la mise en place d’un ermitage à proximité de cette ancienne forteresse ne date que de la neuveième siècle. Le fort ermitage, fondé ici par les moines locaux, sous l’influence des anciens endroits monastiques de la place, était dépendant des évêchés Tomis et Durostorum et avait des liens spirituels avec l’ermitage de Basarabi et le monastère à l’embouchure du Danube tous les deux, ainsi qu’avec le monastère Studion de Constantinopol et avec d’autres établissements monastiques de Athos et de Balkans. Également, on peut visiter ici l’icône miraculeuse avec la Mère de Jésus de Dervent, qui q été donnée en 1940, par les héritiers du défunt I. Chipară. Les croix de guérison, le ressort de guérison et l’icône miraculeuse avec la Mère de Jésus sont raisons pour lesquelles des milliers de pèlerins traversent le seuil de ce lieu culte. Sur le site où, presque 2000 ans auparavant, quatre des disciples de l’Apôtre Sain Andrei ont été martyrisés, quatre croix de pierre sont construites aujourd’hui qui se sont avérées, au fil des siècles, d’être de guérison pour diverses impuissances pour le corps et l’âme.

La maison de Bugeac – est située dans un cadre magnifique, entre le Danube et le lac Bugeac, étant entourée de beaux paysages et sites attractifs: le Monastère Dervent, le Monastère et la Grotte de Sain Andrei, la Forteresse Byzantine de Păcuil lui Soare, le Monument Tropaeum Traiani – Adamclisi.

Le Monument de Adamclisi – au nord de la commune Adamclisi, il y a le «monument triomphant», c’est-à-dire les restes qui sont encore debout du célèbre Tropaeum Traiani. Dans le même lieu, il y a aussi les restes du mausolée roman et l’autel ancien qui sont aménagés comme des objets de musées. Construit à l’honneur de l’Empereur Traian, pendant les années 106-109, comme un tribut pour avoir vaincu la coalition des geto-daci, bur et sarmati, après les combats portés par les romans avec eux, en 102, le monument mémoriaux Tropaeum Traiani est une source d’information authentique à propos des événements de l’histoire ancienne du peuple roman.